En savoir plus sur https://www.notuxedo.com/referencement-blogger-title-meta-description/#o092EkxsvGgbcJER.99
MENU

Combien de temps ?

Le temps, un allié dans le travail biographique
     C'est une vaste question qui dépend de bien des paramètres, car la durée, la fréquence et le nombre de nos séances peuvent en effet varier d'un travail à l'autre. En fonction de votre projet d'écriture, un ordre d'idée pourra vous être communiqué après notre premier rendez-vous. Il sera formalisé par un devis.

1.  La durée de nos séances

      Je privilégie les séances de deux heures ; c'est pour moi une durée idéale, qui permet un climat de travail et de partage efficaces. Deux heures passent déjà tellement vite...
 
     Toutefois, le temps d'une séance peut être plus court, s'il s'agit de recueillir les souvenirs d'une personne âgée ou malade, afin de lui éviter une fatigue excessive.
 
    Inversement, lorsque je me rends dans une autre région pour élaborer un récit de vie, il est souhaitable de regrouper les rendez-vous sur 4, voire 6 heures, en ménageant des pauses bien entendu! C'est par exemple le cas lorsque je me rends à Paris, pour rencontrer Alain F.


2.  Leur fréquence

    Le rythme de croisière d'un récit de vie oscille, le plus souvent, entre un rendez-vous par semaine, et un rendez-vous par quinzaine.

    Ce rythme  peut cependant varier, notamment pour des raisons d'organisation ou de finances. Certaines personnes souhaitent resserrer le temps au maximum pour des raisons de distance géographique, pour profiter de congés, ou encore en fonction d'une date butoir à laquelle elles souhaitent voir leur projet aboutir.

    D'autres planifient leur projet d'écriture en fonction d'un budget mensuel et préfèrent me rencontrer de manière plus espacée : toutes les trois semaines, voire tous les mois, ce qui correspond à  une autre manière de travailler, toute aussi valable car elle permet également le recul et la réflexion.

    Dans tous les cas, la flexibilité doit pouvoir permettre à tous de recourir aux services d'un biographe ; c'est une dimension de ma profession à laquelle je suis particulièrement attachée.

    Le plus souvent, chaque rencontre nous amène tout naturellement à fixer un créneau pour la suivante... Mais en cas de délai à respecter ou de distance géographique importante, plusieurs rendez-vous peuvent être fixés à l'avance.


3.  Le nombre de séances nécessaires à un récit de vie « classique »

     Pour une narration chronologique, qu'il s'agisse d'un récit de vie biographique ou d'un témoignage, le nombre de séances de 2h est intrinsèquement à la densité de la matière. Globalement, un récit de vie chronologique varie entre 5 et 7 séances de travail, selon qu'il sera nourri d'un nombre plus ou moins important d'anecdotes, de détails, de réflexions personnelles... 

    De plus, c'est un fait que certaines personnes sont dès le départ plus prolixes que d'autres, et que les existences des uns et des autres recouvrent plus ou moins de rebondissements, heureux ou douloureux, sur lesquels ils souhaitent se retourner a priori

    Pourtant, il arrive souvent que des faits apparemment « sans importance » se teintent au fur et à mesure de l'avancée de notre travail de significations particulières, sinon recouvrent d'autres aspects de son histoire sur lesquels le narrateur souhaitera s'arrêter plus longuement.

  •  Un exemple concret 

    Pour le récit de Mme Suzanne A. , rédigé entre les mois de janvier et de mai à raison de 5 séances (une tous les quinze jours), plus une de corrections: il comprend 120 pages de format A5, photos non comprises.

  Pourtant, la narratrice s'est essentiellement concentrée sur son enfance et sa relation avec ses parents, jusqu'au décès de ces derniers. Ainsi, lorsque son récit se termine, Suzanne n'est âgée que de 28 ans.

    C'est pourtant une dimension essentielle de sa vie que Mme Suzanne A. est parvenue à mettre en mots. Son récit consiste dans une émouvante réconciliation, en même temps qu'un hommage lucide.

  •  « Du temps au temps »

     Il arrive qu'un retour sur les événements de sa vie amène ultérieurement d'autres réflexions, d'autres souvenirs, ou que le narrateur se dise plus tard, en relisant son ouvrage, que tel ou tel aspect de son récit mériterait d'être approfondi... En effet, la mémoire affective est complexe et en perpétuel mouvement, nous ne sommes pas des machines... Le cas échéant, le récit d'origine pourra facilement être  repris et complété, s'il a été élaboré dans les règles de l'art. Le temps, en biographie, est toujours un allié.

    Pour ma part, je propose systématiquement un temps de réflexion avant la dernière séance de corrections. Pendant ces quelques semaines, je conseille au narrateur de noter ou d'enregistrer ce qui vient  et retient son attention, afin que notre ultime séance de travail corresponde à l'aboutissement d'une maturation personnelle satisfaisante.

    Un dernier point, essentiel, est que le travail peut être interrompu en l'état à tout moment, en fonction de notre satisfaction à travailler ensemble et de critères qui vous appartiennent (temps, raisons personnelles...) : dans ce cas, le travail effectué vous est acquis; il est n'est jamais perdu ! D'où l'opportunité de fonctionner par tranches de textes, rédigées au fur et à mesure de nos rencontres et progressivement reprises.